Diagnostics urbains

Filed in Général by on 1 décembre 2014 0 Comments

 Nouvelle initiative pour la prévention des risques urbains: les usagers font l’expertise en marchant des lieux de passage pour en déterminer la dangerosité.

« Depuis 2001, la mairie du XXe arrondissement de Paris a placé les budgets « voirie » puis « espaces verts » dans une démarche participative. La méthode s’appuie en partie sur des « marches exploratoires » organisée dans chacun des sept quartiers de l’arrondissement.

En amont, les conseils de quartier et les services techniques repèrent les endroits à explorer : des lieux en cours d’aménagement, d’autres qui doivent faire l’objet de futurs travaux ou encore des sites qui posent des problèmes de propreté, de circulation. Les marches se déroulent entre septembre et novembre et servent à établir le budget mis au vote à la fin de l’année suivante.

On regarde au loin la place de la Porte de Montreuil, un territoire sacrifié à la voiture. Les élus expliquent le souhait qu’ils ont de voir cet endroit réhabilité en faveur des piétons. On visite ensuite le boulodrome, un vaste espace où la mousse et l’herbe ont recouvert le sol.

« Le club des boulistes nous dit venir quelques jours par an, explique l’élu à l’espace public. Il nous semble que cette utilisation ne justifie pas de maintenir l’exclusivité de son accès ». L’élu indique où en est la réflexion : un espace avec un verger, peut-être confié à une association d’habitants.

La marche se poursuit ainsi de squares en angles de rue, pendant deux heures sur un petit kilomètre. « Pourquoi cette décision ? Pourquoi tel aménagement mais pas tel autre ? Le principe de réalité fait souvent irruption, insiste Florence De Massol. Ces marches représentent beaucoup de travail pour les agents mais le dialogue avec les habitants est nécessaire. L’utilisation et la vision de l’espace des habitants nous obligent à remettre en question nos positions », ajoute-t-elle.

C’est aussi l’occasion de sentir l’ambiance d’un quartier, de repérer les points de fixation, d’évaluer l’appréciation des aménagements réalisés et de s’expliquer. « Dans le domaine de la voirie, de la propreté et des espaces verts, insiste l’élue parisienne, de nombreuses décisions relèvent souvent plus de la contrainte technique que de la volonté politique. »

Des usages divers
Sur le même mode, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) finance depuis 2009 des « diagnostics en marchant » dans le cadre de son programme de « gestion urbaine de proximité ».

« Ce sont des visites collectives du quartier, réalisées sur une journée par tous les acteurs du quartier (bailleurs, élus et services municipaux, services de l’Etat, structures associatives locales et représentants des habitants) et actualisées chaque semestre », peut-on lire sur le site de l’Acsé. »

Source : Article du Courrier des Maires

 

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *